Traitements esthétiques > Bras > Nerf cubital

Nerf cubital

Une compression du nerf cubital est une pathologie des membres supérieures qui entraine une diminution de la sensibilité, des paresthésies ainsi qu’une diminution de la force de main. Une décompression du nerf cubital est une intervention  de chirurgie du coude qui permet de traiter cette pathologie neurologique en protégeant le nerf cubital et en levant les points de compression.  

1. Les symptômes d’une compression du nerf cubital

Le nerf cubital (ou nerf ulnaire) est un des nerfs sensitivo-moteurs de la main qui remplit une double fonction :

  • une fonction motrice en permettant l'action des muscles fléchisseurs et les muscles interosseux de la main.
  • une fonction sensitive en permettant de ressentir la sensation du toucher au niveau des doigts auriculaires et annulaires (4e et 5e doigts).

Une compression du nerf cubital est une pathologie du coude et de la main dans laquelle le nerf est "coincé" le long de son trajet, généralement au niveau du coude. Le nerf cubital est en effet extrêmement vulnérable au niveau du canal ostéo-fibreux du coude. Il s’agit de la pathologie neurologique la plus courante après le syndrome du canal carpien.

Plusieurs symptômes permettent de diagnostiquer un syndrome compressif du nerf cubital :

  • Paresthésies au niveau des mains (engourdissement, « fourmis »)
  • Perte de sensibilité au niveau de l’auriculaire, de l’annulaire et sur le bord interne de la main. 
  • Difficulté à serrer la main ou à effectuer des gestes quotidiens (utiliser des ciseaux, par exemple)
  • Fonte musculaire du premier espace interosseux
  • Douleurs au niveau de la main, parfois le long de l’avant-bras.

L’apparition des symptômes peut se faire progressivement (sommation de microtraumatismes) ou à la suite de mouvements inhabituels du bras.

Un électromyogramme est généralement réalisé de façon à confirmer le diagnostique et localiser le siège de la compression du nerf cubital. Il s'agit d'une technique consistant à mesure la vitesse de circulation de l'influx nerveux.

2. Le principe d'une décompression du nerf cubital

Une décompression du nerf cubital est une intervention chirurgicale dont l’objectif est de protéger le nerf cubital en levant le ou les points de compression.

En cas de compression débutante ou peu symptomatique (apparition des seules paresthésies), un traitement fonctionnel avec rééducation, infiltrations et port d’un atèle amovible nocturne au coude peut être envisagé. Si les symptômes sont plus importants ou si le traitement fonctionnel ne parvient pas à les corriger, une décompression chirurgicale s’avère nécessaire.

Il faut savoir que plus le traitement chirurgical est précoce (dès l’apparition des premiers symptômes), plus le résultat post-opératoire est efficace.

L’intervention est généralement réalisée en ambulatoire sous anésthésie générale ou sous anesthésie loco-régionale du membre supérieur (seul le bras est endormi).

L’intervention consiste à ouvrir l’arcade dans laquelle passe le nerf cubital. Ce geste peut être suffisant pour décompresser le nerf si celle-ci siège à cet endroit et si le nerf est stable dans la gouttière lors de la flexion du bras.

Si le nerf est instable dans la gouttière ou si la zone de compression n’apparaît pas évidente, il est nécessaire d’effectuer un geste chirurgical supplémentaire.

  • Soit une épitrochléectomie, qui consiste à réduire l’épaisseur de la saillie osseuse du coude (appelée « épitrochlée »).
  • Soit sortir le nerf de la gouttière et le faire passer devant l’épitrochlée. 
  • Soit un allongement de l’arcade musculaire responsable de la compression afin de limiter le risque de récidives.

 

3. Suites opératoires :

Les suites opératoires d’une décompression du nerf cubital sont simples dans la grande majorité des cas.

L’ecchymose qui apparaît au sortir de l’intervention disparaît progressivement (disparition complète sous 15 jours en moyenne).

La disparition des symptômes et la récupération fonctionnelle dépendent de la précocité de l’intervention. Dans le cas de compressions simples, rapidement diagnostiquées et traitées, les troubles sensitifs et les douleurs disparaissent rapidement (sous quelques jours). Dans les cas de compression sévère, la disparition des paresthésies est plus lente et la récupération peut prendre plusieurs mois. Dans le cas de compression ancienne ou très importante, la récupération peut ne pas être totale.

En fonction des cas, une rééducation peut être indiquée.

L’appui sur le bord interne du cou (où est présent la cicatrice) peut rester douloureux pendant quelques mois.

Le risque de récidive est rare (moins de 10% des cas).

Fumer augmente le risque de complications chirurgicales de toute chirurgie. Arrêter de fumer 6-8 semaines avant l'intervention élimine ce risque supplémentaire. Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac-Info-Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.

Renseignements

Pour toute demande de renseignements, n'hésitez pas à nous laisser vos coordonnées.

Actualité

14/08/2015 : Keybody, une approche globale du remodelage de la silhouette par X-Body et Cryolipolyse Coolsculpting

09/06/2015 : XBody : sculpter et réhabiliter musculairement son corps par électro-myo-stimulation

27/05/2015 : Dual Coolsculpting : pour optimiser la durée d'une séance de cryolipolyse

 Consulter les actualités

Avant / Aprés

Augmentation mammaire avant-après
Prothèses mammaires
Lifting du visage avant - après
Chirurgie des seins à Paris
Photos avant - après rajeunissement des seins
correction de ptose mammaire
Photos d'une correction de ptose des seins
Chirurgie esthétique des seins
Chirurgie esth&ecute;tique des seins tombants
Lifting du visage à Paris
 Voir tous les avant - après